Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Aristophane’

En la sphère publique, vestige du siècle dernier que l’humour! L’ironie : faute d’Ancien Régime. Protéiforme, le cauchemar concentrationnaire est là. Chacun est devenu le kapo de tous, et de lui-même avant tout, convaincu qu’ainsi il préservera son illusoire confort, son lopin de pouvoir. Les réseaux tournent à plein régime. Les imposteurs grouillent ; les sycophantes pullulent. Aristophane est un immense moraliste. Contrevenir aux règles de la nov-société, égratigner ses exarques, ses grands prêtres et ses innombrables licteurs, s’obstiner à jouer de la langue en grammairien épris de sa beauté, demeurer soi-même, sont autant de motifs de condamnation instantanée – virtuelle ou actuelle. Il convient de devenir cet autre-même, bipède soumis, non moins désincarné que décervelé, compatible aux idées du jour, mais vide de toute vie vraie, lequel définit la presque totalité de nos contemporains.

 

© Christophe Van Rossom, Armes & bagages, 2020.

Read Full Post »

 

 

Non est seul mot que nous puissions prononcer aujourd’hui ; oui est celui que nous désirons dire demain. Ce que nous proposons : que le théâtre déserte une fois pour toutes sa course perdue derrière le cinéma et la télévision. Qu’il redevienne, corps et actes, une prise de parole agissante. Le comédien peut redevenir le porteur de la parole, celui qui, rire ou larmes, fait flamboyer le sens, la beauté ou l’effroi. Nous en appelons au retour de ce que le théâtre n’aurait jamais dû cesser d’être : cérémonie et sacrifice, liturgie et poésie. Le Malade imaginaire n’est rien d’autre qu’un jeu étrusque. Entre Eschyle et Genet ou Koltès, pas l’épaisseur d’une feuille de papier bible. Pyrame et Thisbé a la fraîcheur d’un champ de roses. Aristophane commente l’actualité. Radovan Ivsic, Michel de Ghelderode, Valère Novarina et Rutebeuf se saluent. Lycophron existe. Claudel ne dort pas. Kalisky frappe à la porte. Jarry rugit plus fort que jamais, mais vous ne l’entendez pas. Gozzi a définitivement giflé Goldoni, mais vous ne jurez plus que par ce dernier. Nous ne voulons plus d’un théâtre d’effets spectaculaires, prostitué au mauvais goût du jour, mais un théâtre d’effets existentiels et métaphysiques, redéfinissant à chaque réplique le tout de notre présence au monde. (suite…)

Read Full Post »