Feeds:
Articles
Commentaires

Musique au débotté faite homme, Roger Carel s’en est allé rejoindre les anges du baroque joyeux en sifflant ; à l’instar du personnage de Noiret dans Les Gaspards, Vivaldi l’accueille triomphalement. Il n’est pas le seul. Nombre de points de la Sphère s’alignent sur cet événement. Les Grands Enfants se sont rejoints. Notre enfance fascinée est blessée ; notre adolescence est meurtrie. Nous sommes orphelins d’un théâtre généreux où, avec grâce et générosité, l’échange jouait avec une écoute précise du jeu et de la parole de l’autre. À l’improviste, au besoin. Nulle proposition contemporaine ne remplace ce qui s’est ainsi perdu. Le Paradis va gagner en charme, en éloquence, en vitesse, en surprise. – C’est nous qui demeurons sans voix. En un monde où l’humour devient vestige.

« Le goût est la qualité fondamentale qui résume toutes les autres qualités. C’est le nec plus ultra de l’intelligence. Ce n’est que par lui seul que le génie est la santé suprême et l’équilibre de toutes les facultés. »

Isidore Ducasse

Ayant tenu à l’écart toutes les leçons de la Sérénissime, Othello, aux marges de l’empire, se fait dévorer tout entier par Iago. Chypre n’est pas une fractale. Déraison même, ce crime terrible signe son exil de Venise – au mieux. Shakespeare nous révèle-t-il le fin mot de sa fable noire? Que nous enseigne la vérité de Desdémone?

La fuite en avant du Maure mesure la portée de son acte. La définit. Comme notre ombre portée, lorsque nous sommes saisis par la moire de nos macérations les plus délirantes.

Pour autant, Venise ne disparaît pas. Pour autant, la présence de Desdémone demeure entière. La beauté est ce qui ne pâlit jamais.

Venise est un des lieux que je sache dont le nom est Résistance. Desdémone en est la figure sacrificielle suprême. Le diabolique Iago – You, go! – n’aura rien prouvé.

Toute grande fiction résiste à la folie destructrice.

Nous avons grand besoin de semblables exemples.

© Armes & bagages, à paraître, 2021.

«  Tout homme qui méconnaît l’histoire des trois derniers millénaires, erre dans les ténèbres de l’ignorance, incapable qu’il est de donner sens à la réalité qui l’entoure. »

Goethe

« Te rends-tu compte que le passé a été aboli jusqu’à hier ? S’il survit quelque part, c’est dans quelques objets auxquels n’est attaché aucun mot, comme ce bloc de verre sur la table. Déjà, nous ne savons littéralement presque rien de la Révolution et des années qui la précédèrent. Tous les documents ont été détruits ou falsifiés, tous les livres récrits, tous les tableaux repeints. Toutes les statues, les rues, les édifices, ont changé de nom, toutes les dates ont été modifiées. Et le processus continue tous les jours, à chaque minute. L’histoire s’est arrêtée. Rien n’existe qu’un présent éternel dans lequel le Parti a toujours raison. Je sais naturellement que le passé est falsifié, mais il me serait impossible de le prouver, alors même que j’ai personnellement procédé à la falsification. La chose faite, aucune preuve ne subsiste. La seule preuve est à l’intérieur de mon cerveau et je n’ai aucune certitude qu’un autre être humain quelconque partage mes souvenirs. De toute ma vie, il ne m’est arrivé qu’une seule fois de tenir la preuve réelle et concrète. Des années après. »


Georges Orwell, 1984

Mémoire et sens de la mémoire sont qualités distinctes.

« Je ne tire de ce que je suis ni gloire ni confusion, mais parce que vous m’êtes inconnu, et plus inconnu encore à chaque instant, eh bien, comme mes mains que je vous ai montrées désarmées, si je suis chien et vous humain, ou si je suis humain et vous autre chose que cela, de quelque race que je sois et de quelque race que vous soyez, la mienne, du moins, je l’offre à vos regards, je vous laisse y toucher, me tâter et vous habituer à moi, comme un homme se laisse fouiller pour ne point cacher ses armes. C’est pourquoi je vous propose, prudemment, gravement, tranquillement, de me regarder avec amitié, parce qu’on fait de meilleures affaires sous l’abri de la familiarité. »

Bernard-Marie Koltès

Pour Jacques Crickillon,
Salut et gratitude à l’Indien de la Gare du Nord

Ma matinée de cours dans les jambes, l’esprit encore lessivé à sec par mon insomnie, j’arrive cependant à temps à l’Accueil de l’Hosto. Je prends mon ticket, tel un client de boucherie, et m’assois face aux écrans où défilent des nombres et les chiffres des guichets…

Attente bien inutile : « il fallait descendre immédiatement en radiologie », m’expliquera-t-on laconiquement. Il est vrai : nul n’est censé ignorer la Loi.

En radiologie, le secrétariat est d’humeur provincialement joviale (j’assiste à des gloussements entre secrétaires sur le caractère amusant du nom de tel patient ou sur l’existence ou non d’un praticien sis avenue Molière, à Wavre) et, tandis que la file s’allonge, je lanterne avant d’apprendre que les prescriptions d’examen de M… ne sont pas parvenues. Je mets au panier mon second ticket de la journée et reprends mon baluchon.

Détour, donc, vers l’aile opposée du bâtiment, par le secrétariat de mon chirurgien, où il faut réimprimer les documents, alors qu’ils étaient censés être arrivés à l’autre bout de l’hôpital il y a six semaines.

Retour, et attente bis en radiologie, où j’ai troqué mon avantageux numéro 202 contre le numéro 219.

Par conséquent, plusieurs personnes passeront  devant moi, car, dans un hôpital belge moderne et modernisé, l’intranet, avec lequel travaillent pourtant les médecins, ne permet apparemment pas aux secrétariats d’accéder d’un service à l’autre.

Avec plusieurs rendez-vous fixés dans la suite de l’après-midi, je ne suis plus certain à ce stade de pouvoir être accueilli partout. J’ajoute que j’ai beaucoup de chance. Bien des hôpitaux sont administrativement et infrastructurellement bien plus plus mal lotis que le mien. Je songe un instant aux Invasions barbares, de Denys Arcand.

Appelé presque comme un élu (il y a toujours de la jalousie dans le regard de ceux qui patientent tandis que c’est votre nom qui résonne dans le couloir), je passe une bonne vingtaine de minutes dans un minuscule vestiaire glacé avant d’être pris en charge par un stagiaire dont je ne suis pas certain qu’il comprenne le contenu de la demande d’examen. Je lui explique donc moi-même ma pathologie et la radio qu’elle requiert.

Il s’agissait bien d’un stagiaire, et j’ai le bonheur d’avoir été élu parmi les cobayes sur lesquels il devra s’exercer, sous la houlette d’un praticien aguerri, à la manipulation de l’appareil de radiographie et aux consignes à donner au patient. Tout cela le contraint à recommencer plusieurs clichés. De toutes les radios que j’ai passées, celle-ci a été la plus douloureuse, non en raison des maladresses et de la brusquerie du pauvre bougre, mais tout simplement parce que placer ma nuque, mon dos ou laisser pendre « bien détendus » mes bras me sont devenus douloureux à l’extrême.

Heureusement, j’enchaîne avec un scan rondement mené qui me replace dans les temps.

J’arrive même chez M… avec cinq minutes d’avance sur l’heure de mon rendez-vous – mais pour apprendre que je dois remonter à l’Accueil et m’inscrire à cette consultation précise…

Je m’exécute et empoche mon troisième billet gagnant, passe aux toilettes pour me rafraîchir le visage, qui bout, souffler bruyamment et réajuster mon lombostat. J’ignore dans combien de minutes je saurai. Quel que soit le diagnostic posé, j’avoue qu’il m’inquiète à l’avance. Dans le meilleur des cas, une nouvelle intervention pourra m’aider ; dans le pire, j’en serai à devoir continuer de gérer la douleur et les ennuis croissants à grands renforts de médicaments impuissants à me soulager réellement.

Le pire advient. M… ne lit rien d’anormal dans mes examens. Il ne met pas en cause les douleurs et la symptomatologie que j’évoque, mais il se déclare, navré, totalement impuissant à m’aider.

J’en reviens à zéro dans mon parcours du combattu, exilé cette fois en neurochirurgie et, pour commencer, me trouve à renouveler une énième électromyographie!

Au secrétariat du spécialiste que me recommande M…, une jeune femme, très aimable, mais débordée de travail, me propose un éventuel premier rendez-vous le 19 juillet! Je la remercie : comment et de quel droit m’en prendre à sa candeur réellement désolée?

La colère ronge mon calme comme un rat d’expérience se cogne aux murs du labyrinthe dont il veut s’échapper.

Je retourne au service de chirurgie orthopédique pour manifester mon mécontentement et mon incompréhension. La brave secrétaire de M…., qui avait déjà fermé son bureau, me promet que, dès demain elle s’efforcera de trouver une solution.

Concrètement, je dois revoir le professeur B… à la Clinique de la Douleur mardi prochain, à 8h40, pour électromyographie des membres supérieurs donc, et bilan. Je crains qu’il n’ait malheureusement guère mieux à me suggérer que l’an dernier, c’est-à-dire dans mon cas précis : rien.

Au-delà et en attente d’un mieux que je m’efforce de trouver, je pense que je vais accepter la proposition, ancienne désormais, de quelques toubibs de terrain qui ont proposé de me prescrire des patchs de morphine de 48h. Je verrai si je réagis comme il y a quelque temps, étudierai mon accoutumance et ses effets négatifs sur mon organisme et ma pensée, mais mon intention n’est nullement de devenir une attraction dans l’arène de la souffrance quotidienne continue.

© Armes & bagages, 2021.

« Il est plus difficile de rencontrer un homme sachant supporter le bonheur que le malheur. »

Xénophon

« La mythologie est entièrement tournée vers le sens. Les sciences physiques et le monde tangible peuvent nous dire ce que les choses sont, mais ne nous disent pas ce qu’elles signifient. »

Greg Stafford (1948–2018)