Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Nulla dies sine linea’ Category

Ô cet anti-Mai 68 ultra-puritain qui, venu des campus de sciences humaines américains sous les cieux de notre vieille Europe, se propage, croît et ne va cesser de s’amplifier au cours des années à venir. – L’affronter, avec les livres, avec l’Histoire pour alliés, opposer les faits, l’intelligence et l’esprit de perspective, la relativité aux émotions et à l’idéologie, si c’est encore possible – ou le fuir, avant d’en mourir.

Read Full Post »

Pleurer est une joie à laquelle je n’accède plus que par exception.

Read Full Post »

Journaliste engagé, polémiste d’exception et oeil critique sans pardon, Jules Barbey d’Aurevilly définissait ainsi l’art qu’il développait quand il ne peaufinait pas sa prose narrative, mais la rhétorique puissante de ses articles : il désirait

« Allumer une poudrière sous les pieds des sots. »

Read Full Post »

Théoriser la grande violence symbolique que je ressens soudain depuis une dizaine de semaines. Descendre sans mensonge au coeur de moi-même. En ressortir, sinon moins anéanti, moins lourd. Et parvenir, si j’ai raison, à scier un à un les boulets que je traîne. Le cancer de la justification dans la vie qui compte évité, mais devenu décret dictatorial dans les tâches professionnelles. Stupidité de ceux qui fondent leur combat sur un triomphe contre les vers de terre alors que des hippopotames leur foncent dessus, qui les dévoreront ou les piétineront avant de les asservir.

Read Full Post »

Quand on entend les cons d’aujourd’hui, on se surprend à préférer ceux d’hier.

Read Full Post »

La meilleure réponse sans doute à donner à l’une des questions que la presque totalité des êtres humains a complètement vidée de sens : « Comment allez-vous? », est formulée par le personnage d’Amy Farrah Fowler. À cette civilité devenue cliché, très tôt après sa première apparition dans la série à succès Big Bang Theory, son intégrité et sa logique de matérialiste athée la poussent à répondre ceci : « Comme tout le monde, sujette à l’entropie, au déclin et finalement à la mort. »

Intelligence et drôlerie à froid d’une réplique magistralement servie par Mayim Bialik, comédienne remarquable, mais également docteur en neurosciences, soit, léger vertige d’une mise en abîme existentielle, le rôle même qu’il lui faut interpréter là.

Toutes ces perles, les noter. La pertinence est partout. Ô l’art précis, précieux, de dénicher! Esseulé, je continue cependant de croire que des contre-sociétés paucitaires restent possibles, pourvu que l’imagination souveraine continue d’habiter quelques cerveaux dans les ruines de la civilisation, où les diurnes errent, effectuent des tâches, et vieillissent, dans l’hébétude, sans connaître qu’il est d’autres univers, comme il est plus d’une modalité de vivre.

 

Read Full Post »

Si l’on excepte ses Entretiens avec Charles Bertin (paru en 2012 aux bons soins de l’Académie royale de langue et de littérature françaises et des Éditions du Cri), il se trouve que pendant dix ans, Jacques Cels n’aura rien publié, ce dont personne ne s’est véritablement avisé. Symboliquement, Le dernier chemin aura donc été son dernier livre. Ce récit aura été son dernier roman. Il faut lire et relire ces trois phrases, une longue deux brèves, pour commencer à dénombrer les écritures qui s’y superposent, à l’instar d’un palimpseste. L’idéal y recoupe le spleen ; le clin d’oeil amical s’invagine dans le regard introspectif ; le mal y cherche son remède. Tout est désormais en place pour que nous reprenions ce volume plus conscients en sachant qu’il constitue un vertigineux testament.

« (…) ma façon d’écrire n’est pas la conséquence d’un parti pris d’ordre esthétique. Mon but n’est pas d’être en rupture ou en adéquation avec une mode. J’enfile à vrai dire des phrases entortillées pour n’avoir plus à regarder en face ma condition, un peu comme ces malades mentaux qui, pour oublier leur enfermement, se consacrent corps et âmes, pendant des mois ou des années, au recouvrement total d’une grande feuille de papier, dont le moindre centimètre carré de blanc doit disparaître sous un gigantesque dessin prodigieusement compliqué. C’est peut-être ainsi qu’ils projettent hors d’eux-mêmes leurs démons. C’est peut-être ainsi qu’ils évacuent millimètre par millimètre leurs noirceurs et qu’ils finissent par s’offrir l’illusion d’une simplicité retrouvée. »

Jacques Cels

Read Full Post »

Older Posts »