Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘L’école buissonnière’ Category

« Il y avait d’ailleurs une beauté cosmique étrangement apaisante dans le paysage hypnotique où nous glissions et plongions fabuleusement. Le temps s’était égaré dans les labyrinthes laissés en arrière, et ne s’étendaient autour de nous que les vagues en fleurs de la féerie et le charme retrouvé des siècles disparus – bosquets vénérables, fraîches prairies bordées de fleurs automnales aux couleurs éclatantes, et de loin en loin petites fermes brunes nichées parmi des arbres énormes au pied d’à-pics verticaux couverts d’églantiers odorants et d’herbe des prés. Le soleil même prenait un éclat prodigieux, comme si tout le pays baignait dans une atmosphère ou une exhalaison tout à fait exceptionnelles. Je n’avais jamais encore rien vu de pareil, sauf dans les perspectives magiques qui forment parfois l’arrière-plan des primitifs italiens. Sodoma ou Léonard ont conçu de ces étendues, mais seulement dans le lointain et à travers les cintres d’arcades Renaissance. Nous creusions notre chemin en chair et en os à l’intérieur du tableau, et il me semblait trouver dans sa nécromancie un savoir ou un héritage inné, que j’avais toujours cherché en vain. »

Howard Phillips Lovecraft,
Celui qui chuchotait dans les Ténèbres (1930)

Read Full Post »

La prière est un rejeton de la douceur et de l’absence de colère.

La prière est le fruit de la joie et de l’action de grâces.

La prière est l’exclusion de la tristesse et du découragement.

Si tu aspires à prier, renonce à tout pour obtenir le tout.

Celui qui prie en esprit et en vérité ne glorifie plus le Créateur à partir des créatures, mais c’est de Dieu même qu’il loue Dieu.

Si tu aspires à prier, ne fais rien de tout ce qui est incompatible avec la prière, afin que Dieu s’approche et fasse route avec toi.

Ne te figure pas la divinité en toi quand tu pries, ni ne laisse ton intelligence subir l’impression d’aucune forme ; mais va immatériel à l’immatériel, et tu comprendras.

Heureux le moine qui tient tous les hommes pour Dieu, après Dieu.

Heureux le moine qui regarde le salut et le progrès de tous comme le sien propre, en toute joie.

Moine est celui qui est séparé de tous et uni à tous.

Est moine celui qui s’estime un avec tous, par l’habitude de se voir lui-même en chacun.

Quand tu seras parvenu dans ta prière au-dessus de toute autre joie, c’est alors qu’en toute vérité, tu auras trouvé la prière.

 

Évagre le Pontique

(346-399)

 

 

Read Full Post »

« Il n’y a qu’un seul écrivain que je place au même rang que Schopenhauer pour ce qui est de la probité, et je le place même plus haut, c’est Montaigne. Qu’un pareil homme ait écrit, véritablement la joie de vivre sur terre s’en trouve augmentée. Pour ma part, du moins, depuis que j’ai connu cette âme, la plus libre et la plus vigoureuse qui soit, il me faut dire ce que Montaigne disait de Plutarque : « À peine ai-je jeté un coup d’oeil sur lui qu’une cuisse ou une aile m’ont poussé. » C’est avec lui que je tiendrais, si la tâche m’était imposée de m’acclimater sur la terre. »

Friedrich Nietzsche,
Considérations inactuelles, II,
De l’utilité et de l’inconvénient des études historiques pour la vie (1874)

Read Full Post »

« Songez, pour finir, si vous êtes peintre, si vous êtes photographe, si vous êtes cinéaste, combien les fresques de l’antiquité romaine sont géniales : elles évitent à la peinture figurative le problème de l’anecdote. La beauté se tient résolument en réserve du visible, en amont de l’épiphanie. L’anecdote n’est jamais montrée. »

Pascal Quignard,

Sur l’image qui manque à nos jours (2014)

Read Full Post »

« J’ai oublié comment je fus amené, il y a une quinzaine d’années, à rencontrer la figure gracile du comte malfaisant ; je choisis d’oublier aussi tous les livres lus et annotés au cours des années ; je laisse se perdre l’énergie, les espoirs, les possibles surgis au carrefour des lectures et des idées ; qu’un autre écrive les Rochesteriana du moment ou la pondéreuse biographie « scientifique » de la décennie ; je me contenterai de quelques lacunes, d’un découpage hasardeux et gratuit, de retracer les épisodes majeurs, une suite de dissonances, des réparties, des trouvailles lumineuses que me dit immédiatement le nom de Rochester avec ses tonalités de désespoir et de légèreté, son indifférence souveraine, ses arrogances et ses lâchetés, son goût de la dispersion et de l’oubli, sa fascination pour les corps, son amour du plaisir, son intelligence du réel, sa certitude du non-sens profond de l’existence et son souci en toutes choses de garder les distances. »

 

Patrick Mauriès,

Le méchant comte (1992)

Read Full Post »

1941. De l’Université de Chicago, où il enseigne alors, Étiemble est un des contacts les plus précieux de Roger Caillois en terre américaine. On sait que le jeune et remuant grammairien, installé à Buenos Aires, cherche à susciter le plus grand nombre d’abonnés pour Les Lettres françaises, le supplément qu’il a imaginé, avec tout le soutien de Victoria Ocampo, accoler à Sur, la prestigieuse revue qu’elle dirige. Il entend du reste que la voix de cet organe spontané de la France Libre touche notamment les États-Unis. Voici la piste que lui suggère Étiemble : ne pas compter sur les émigrés gaullistes ni sur les francophiles américains. Les bulletins de souscription ne seraient complétés que par quelques égarés. En revanche, proposer un gros cachet au boxeur noir américain Joe Louis en échange de ce service dérisoire : « Si nous pouvions payer Joe Louis assez cher, il dirait que sa lecture favorite, après la victoire, c’est L. F., et cent mille abonnés répondraient, ignorant tous le français. Il faut prendre les U.S.A. comme ils sont. »

Read Full Post »

Dans les heures décisives où le refus s’exprime au grand jour, la parole cesse d’être le privilège de quelques-uns ; elle renonce à s’affirmer dans celui qui l’exerce pour s’effacer devant la vérité d’une parole commune qui, surgie d’un monde livré à l’assoupissement, traduit l’effervescence de la vie.

Comme une telle parole est rare, nous nous en apercevons à la surprise émerveillée qu’elle fait naître en nous : en face d’elle, nous nous sentons de trop, avec elle nous avons partie liée. Notre mutisme – qui a le sens d’une veillée pathétique – est la seule forme sous laquelle il nous appartient de nous rendre  présents à l’avènement d’une force neuve, ombrageusement hostile à tout ce qui viendrait la capter et l’asservir, subordonnée à rien d’autre qu’au mouvement souverain qui la porte. Ce qui s’y révèle sur un mode beaucoup plus actif que la simple protestation romantique, c’est le rêve d’une rupture sans retour avec le monde du calcul. Il faut souligner que sa naïveté, parfois à la limite de l’enfantillage, dissimule une vérité profonde dont cette naïveté même est comme le principe et la garantie. (suite…)

Read Full Post »

Older Posts »