Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for 18 juillet 2012


Sir Thomas Browne (1605-1682) est un des plus grands prosateurs de langue anglaise. Il appartient au nombre de ceux que Pascal Quignard appellerait les antiquaires. Médecin et théologien d’une érudition vertigineuse, il tente élégamment de faire en sorte que l’esprit renaissant colore encore un peu une Angleterre qui, derrière les rideaux du puritanisme, s’affirme de plus en plus pragmatique et affairiste. Ceux qui arpentent les labyrinthes du Temps n’appartiennent pas. Ne cèdent à personne. Les livres dont ils s’entourent sont le gage d’une existence passionnée. (suite…)

Read Full Post »

À la faveur des premiers beaux jours de deux mille douze, est paru à Montréal, à l’enseigne de L’Oie de Cravan (Les Oies de Cravan naissent des mâts pourris des navires perdus au golfe du Mexique, écrivait Scutenaire), un singulier spicilège. D’une modestie et d’une subtilité inverse à leur modèle homonymique, ces Choses vues, épinglées par Thierry Horguelin, appellent l’attention. Relevant à la fois de ce que les Britanniques nomment humor et d’un goût encyclopédique pour le minuscule, l’étrange, la folie ou le cocasse, voici une anthologie de faits d’autant plus improbables que parfaitement avérés. Les amateurs de prose brève, à la Félix Fénéon, seront aux anges – surtout s’ils se trouvent par ailleurs lecteurs de Pérec et de ses listes. (suite…)

Read Full Post »

« Qu’une hypothèse fausse soit parfois préférable à une hypothèse exacte, la liberté humaine en est la preuve. L’homme est, sans aucun doute, non libre. Mais il faut une étude très profonde de la philosophie pour ne pas se laisser égarer par une telle intuition. À peine un homme sur mille dispose du temps et de la patience nécessaires, et de ces centaines, un seul à peine en possède l’esprit. C’est pourquoi la liberté est la conception la plus commode, et restera à l’avenir la plus courante, tant les apparences lui sont favorables. »

Lichtenberg

Read Full Post »