Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Arsenal’ Category

« La parité n’est pas une question de vocabulaire. Je suis d’une génération où, en France, les femmes ont commencé à avoir accès à tout, au premier chef le droit de vote. Presque partout, j’ai été la première femme dans les institutions, non parce que j’étais un monstre, mais parce que les classes s’ouvraient. C’était sans doute intimidant, mais je me suis donné du mal et ai œuvré dans le bon sens. Je voudrais que, selon les occasions, il y ait des métiers avec beaucoup plus de femmes que d’hommes, et d’autres avec plus d’hommes que de femmes. Je ne suis nullement contre le féminisme, qui concerne plus directement des pays où l’ouverture ne s’est pas encore opérée. Or voilà qu’au moment même où, par une juste compétition, les femmes arrivent en France aux mêmes résultats que les hommes, on réintroduit une discrimination avec l’instauration de la parité. C’est cela qui me choque. Négative ou positive, je suis contre la discrimination.

Pour ce qui est de la langue, elle est chose vivante, certains usages s’y introduisent, sous contrôle de l’Académie française. Nous accueillons quantité de mots, mais on ne réforme pas une langue par décret gouvernemental, en affirmant qu’on ajoutera un «e», alors qu’il n’est pas conforme au féminin des mots. Il y a des règles habituelles d’évolution. Le féminin des mots en «eur» n’est jamais en «eure» autrement que par la brutalité. «Auteure», c’est horrible. «Ecrivain-écrivaine» n’est pas choquant, cela va seulement contre une tradition de plusieurs siècles, et il n’est pas difficile de dire une femme écrivain. On a malheureusement oublié que le français comprend les trois genres, masculin, féminin et neutre, le dernier étant sous la forme du masculin. Ainsi, l’ancien dictionnaire Larousse expliquait-il plaisamment : «Homme : terme générique qui embrasse la femme.» C’était suggestif. Et voilà que, pour désigner les hommes, on se croit désormais obligés de dire «les hommes et les femmes», ce qui n’a pas de sens. Je serais enchantée qu’on cesse de sexualiser la langue, surtout de façon ignorante, brutale et impérative. »

Jacqueline de Romilly

Read Full Post »

« C’est un grand malheur de se plaindre, mais le malheur d’un homme Béni est un pas vers le Bonheur quand il se Désole de la Corruption d’un monde Dégénéré et corrompu. »

Thomas Traherne

Read Full Post »

« Si tu veux provoquer le rire des dieux, il te suffit d’esquisser des projets. »

Vieux proverbe irlandais

Read Full Post »

« Je m’adresse au genre humain, celui auquel j’appartiens, si minuscule que soit le nombre de ceux entre les mains de qui peuvent tomber ces pages. »

Augustin de Thagaste

Read Full Post »

« Le lynchage est une forme de pornographie. »

William Faulkner

Read Full Post »

« Qui ne connaît son lot ne saurait être un homme de bien ; qui ne connaît les rites ne saurait tenir son rang ; qui ne connaît le sens des mots ne saurait juger les hommes. »

Confucius

Read Full Post »

« Il existe cette différence entre le Démon de Socrate et le mien, que celui de Socrate ne se manifeste à lui que pour défendre, avertir, empêcher, et que le mien daigne conseiller, suggérer, persuader. Ce pauvre Socrate n’avait qu’un Démon prohibiteur ; le mien est un Démon d’action, un Démon de combat. »

Charles Baudelaire

Read Full Post »

« La fonction de l’art n’est pas, comme le croient même certains artistes, d’imposer des idées ou de servir d’exemple. Elle est de préparer l’homme à sa mort, de labourer et d’irriguer son âme, et de la rendre capable de se retourner vers le bien. »

Andreï Tarkovski

Read Full Post »

« Si la conséquence de l’espèce de protestantisme moral et politique dont la jeunesse s’engoue est la conquête de nos libertés, elle nous coûtera trop cher ; car nous pouvons perdre notre esprit, notre goût, le sentiment des arts, et faire de la France un temple nu, sans musique et sans tableaux. »

Balzac

Read Full Post »

« Là, le Glaive,

Ici, la Mort Noire et la Faim.

Qui laboure connaîtra le glas du Glaive,

Qui commerce, Faim et Mort Noire le baiseront. »

Le Livre D’Ézékhiel, VII, 15.

(Trad. libre CVR)

Read Full Post »

« Newer Posts - Older Posts »