Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for 30 novembre 2013

Dans les heures décisives où le refus s’exprime au grand jour, la parole cesse d’être le privilège de quelques-uns ; elle renonce à s’affirmer dans celui qui l’exerce pour s’effacer devant la vérité d’une parole commune qui, surgie d’un monde livré à l’assoupissement, traduit l’effervescence de la vie.

Comme une telle parole est rare, nous nous en apercevons à la surprise émerveillée qu’elle fait naître en nous : en face d’elle, nous nous sentons de trop, avec elle nous avons partie liée. Notre mutisme – qui a le sens d’une veillée pathétique – est la seule forme sous laquelle il nous appartient de nous rendre  présents à l’avènement d’une force neuve, ombrageusement hostile à tout ce qui viendrait la capter et l’asservir, subordonnée à rien d’autre qu’au mouvement souverain qui la porte. Ce qui s’y révèle sur un mode beaucoup plus actif que la simple protestation romantique, c’est le rêve d’une rupture sans retour avec le monde du calcul. Il faut souligner que sa naïveté, parfois à la limite de l’enfantillage, dissimule une vérité profonde dont cette naïveté même est comme le principe et la garantie. (suite…)

Read Full Post »

Une mise en scène de Ivo Van Hove, Théâtre de l’Odéon, Paris, 2012.

Nous nous trompons sur Molière et la plus complexe de ses pièces. Heureusement, il est des metteurs en scène susceptibles de nous le transmettre intact, dans sa virulente modernité. La scène se déroule dans un loft berlinois. Les alexandrins de Molière, désintégrés, ont fait place à une adaptation en prose allemande. Le spectacle est surtitré. Paris s’extasie. A-on-seulement le droit de s’interroger quand la critique est à ce point unanime? 

« Car on est ici et aujourd’hui, totalement, avec cette mise en scène qui n’hésite pas à intégrer l’iPad (sur lequel est écrit le sonnet) ni les téléphones portables, omniprésents. Chacun a le sien, dans cette société de trentenaires sans attaches, sinon la communauté qu’ils ont décidé de former, et dans laquelle Alceste joue le rôle d’extrémiste du refus du savoir-vivre. Il faut le voir se jeter sur la table basse recouverte de junk food, s’asperger le visage de Nutella, s’enfiler moult saucisses dans l’anus et « pisser » de la sauce salade. Ce n’est pas seulement trash : c’est quasiment kamikaze, comme son obsession de Célimène, dont il n’arrive pas à se détacher. Il l’a « dans les neurones », en somme, cette jeune femme qui offre son corps affolant à qui en veut. »

Source : Brigitte Salino, Le Monde, 29 mars 2012, http://www.lemonde.fr/culture/article/2012/03/29/un-moliere-formidablement-trash_1677660_3246.html.

Read Full Post »

« Quelle obscurité serait assez épaisse pour vous faire paraître moins obscur qu’elle? »

Bernard-Marie Koltès

Dans la solitude des champs de coton (1985)

Read Full Post »