Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Stendhal’

« L’art de la civilisation consiste à allier les plaisirs les plus délicats à la présence constante du danger. »

Stendhal*

* Lisant Sylvain Tesson, je découvre cette citation de Beyle, que le Français a transcrite de Chatwin, lequel avait  déniché cette dernière chez Jünger. Ô vertige de l’émerveillement des lettrés! Ô les arbres aux branches innombrables!

Read Full Post »

« Mes maîtres sont :

Pour les motifs : L’Odyssée, Les Métamorphoses, L’Âne d’or, Les Mille et une Nuits, les Sagas d’Islande, Chrétien de Troyes, tout Saikaku, Le Rêve dans le pavillon rouge, tout Stendhal, Les Hauts de Hurlevent.

Pour l’implication : Gilgamesh et Enkidou, la Bible, Tchouang-tseu, Lucrèce, Virgile, Tacite, Sei Shônagon, Montaigne, Saint-Évremond, Tallemant, Nicole, Saint-Simon, Chateaubriand.

Pour le ton : César, Albucius, Paul, Tacite de nouveau, La Rochefoucauld, Massillon, tout Pou Song-ling, Rousseau, Chateaubriand de nouveau, Mme de Boigne, Hello, Colette, Bataille. »

Pascal Quignard

Read Full Post »

« Le meilleur régime politique est la monarchie absolue, tempérée par l’assassinat. »

Stendhal

Read Full Post »

« La beauté n’est que la promesse du bonheur. »

Stendhal

Read Full Post »

Christophe Van Rossom s’entretiendra avec Philippe Berthier, à la faveur de la parution de sa biographie 

Stendhal : vivre, écrire, aimer.

 

« J’ai écrit les vies de plusieurs grands hommes : Mozart, Rossini, Michel-Ange, Léonard de Vinci. Ce fut le genre de travail qui m’amusa le plus. Je n’ai plus la patience de chercher des matériaux, de peser des témoignages contradictoires, etc. ; il me vient à l’idée d’écrire une vie dont je connais fort bien tous les incidents. Malheureusement, l’individu est bien inconnu : c’est moi. » Ainsi s’exprimait, en janvier 1831, un certain Henri Beyle, homme de lettres ayant adopté depuis une quinzaine d’années le pseudonyme étrange de Stendhal, semblant dissimuler au cœur d’une vallée allemande un léger effluve de scandale. En dépit de nombreux livres et essais variés déjà, il n’est guère remarqué. Seul Balzac, à la faveur d’un article, verra. Cette révolution de 1822, qui se nomme De l’Amour, est passée totalement inaperçue. Il est vrai qu’à la même époque on préfère adopter les postures lamartiniennes prescrites par les Méditations poétiques. (suite…)

Read Full Post »