Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for 25 février 2011


Une boîte close que l’on pose au-dessus d’une étagère. On s’adresse à l’enfant, qui a observé la manœuvre. On lui intime de ne pas s’approcher de cette boîte, et on lui interdit de l’ouvrir, car ce qu’elle contient est dangereux. L’enfant promet. Mais, que l’on s’éloigne une heure de la pièce où l’enfant a été laissé seul avec la boîte. Et que l’on observe, discrètement. L’enfant va mettre tout en œuvre pour grimper jusqu’à l’endroit où l’on a déposé la boîte. Il brûle de l’ouvrir pour connaître ce qu’elle contient.

Nitimur in vetitum.

*** (suite…)

Read Full Post »

Vie s’oppose à société comme vertical à horizontal.

Read Full Post »

Je me souviens, c’était il y a une dizaine d’années d’ici. J’avais lu quelques poèmes de Jean-Paul Michel ; j’avais reçu et dévoré les proses composant Bonté seconde, puis je m’étais précipité sur ses œuvres poétiques complètes, publiées en deux volumes chez Flammarion, et je recevais, aussi, l’essai sur Hölderlin. Période faste. Je lisais, je prenais des notes. Je relisais. Mes cahiers s’emplissaient d’observations, de commentaires, de digressions. Je ne lisais pas un poète : j’écoutais un ami. Je recueillais avec gratitude une coupe de fruits tendue comme un présent. Cela chantait et pensait. Cela pensait et chantait. Hölderlin conversait avec nous, et Dante, Rimbaud, Hopkins, Spinoza, Baudelaire, Lautréamont, Blake, Leopardi, Nietzsche, Mallarmé. Et tant d’autres. Ce furent, ce sont encore d’inoubliables banquets. (suite…)

Read Full Post »

« La plus grande revanche qu’on puisse prendre envers ceux qui nous nuisent et nous détestent, c’est de se montrer heureux. »

Madame du Châtelet

Read Full Post »

« Rien ne pourra faire que je ne me sois amusé. »

Giacomo Casanova

Read Full Post »

Les Hautes falaises, de Jean-Paul Goux, Actes Sud, Arles, 2009.


Un architecte, c’est quelqu’un qui veut bâtir, organiser l’espace, le structurer, le comprendre, au sens le plus ancien de ce verbe. Qu’est-ce d’autre qu’un écrivain, pour Jean-Paul Goux, sinon un être, dévoré par un sentiment inextinguible de beauté, et soucieux d’architecturer la langue de telle façon qu’un sentiment violent s’empare de son lecteur ? Sentiment d’absolue fascination devant qui la maîtrise avec une maturité telle que les flux difficilement canalisables de la langue se plient soudain aux lois d’une parole surgissante, c’est-à-dire d’une voix, pleine de force. (suite…)

Read Full Post »

Ultima coda, de Jacques Crickillon, L’arbre à Paroles, Amay, 2008.


On paie cher d’être immortel, écrit Nietzsche dans Ecce Homo : pour cela il faut mourir plusieurs fois de son vivant.

Contrairement à ce que son éditeur avance, Ultima coda n’est pas le dernier livre du poète de Kénalon, pas davantage que ne l’était le somptueux Phase terminale, ouvrage d’artiste copublié sous coffret par l’Académie et les éditions du Taillis-Pré.

Ce qui est exact en revanche, c’est que, l’époque médiocre avançant vers un désastre que Crickillon n’a cessé de dénoncer avec une vigueur sans pareille depuis des décennies, chaque livre de poésie offert au monde est une épreuve terrible. Pire : une forme d’ordalie athée. Il est la traversée d’un feu froid : celui d’une indifférence généralisée aux notions autrefois sacrées de souci d’élévation et de beauté. De souci d’art. (suite…)

Read Full Post »

Boutès, de Pascal Quignard, Editions Galilée, Paris, 2008.


La musique est une obsession fondamentale dans l’oeuvre de Pascal Quignard. Les essais contenus dans La leçon de musique ou le volume de petits traités intitulé La haine de la musique en constituent des preuves non moins palpables que celles recelées dans des romans tels Le salon du Wurtemberg, Tous les matins du monde ou, plus récemment, Villa Amalia.

Musicien lui-même issu d’une longue lignée d’organistes, Quignard aurait parfaitement pu orienter sa vie dans une direction qui l’eût plié entièrement aux lois de cet art exigeant, n’était, peut-être, une défiance profonde à l’égard de ses ambiguïtés.

Boutès, que publient les Editions Galilée, apparaîtra aux amateurs de l’auteur d’Albucius comme un ouvrage essentiel car il nous livre ce que l’écrivain lui-même définit comme ses ultimes spéculations sur la musique, ou plus exactement, sur les deux formes de musique qui colorent nos vies. (suite…)

Read Full Post »