Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Jean-Paul Michel’

 

Pour Marcel Moreau, Buveur de Déluges

 

Il n’est pas de révolte statique. Tout rythme est un commencement de révolte. Nous avons perdu non seulement tout sens de la réalité, mais, ce qui est plus grave, nous ne reconnaissons plus sa musique. Je parle de la réalité saignante, désirante, imaginante, jouante, jouissante.

 

Lorsque les idées deviennent générales, communes, je veux dire communément partagées, c’est-à-dire vulgaires, et qu’elle ne se composent que de clichés bien-pensants qui piaffent d’impatience au désir frauduleux de se calcifier en règles, en règlements, sinon en lois, voire en sacrements, FUIS. Fuis l’homme qui les porte à plus forte raison s’il les colporte.

 

Ne te laisse jamais cerner ou miner. (suite…)

Read Full Post »

« – N’était Nietzsche, qui reconnut la lecture une faculté particulière de rumination, on ne voit pas que, dans l’époque moderne, on ait fait grand cas du petit nombre de ceux qui n’auront pas été attelés à la noria des terreurs. Ce pas de côté – replacer le symbolique, la reconnaissance de ses opérations et de leurs effets au centre, l’anthropologie et l’épistémologie modernes y invitent. Cela permettrait de laïciser, sans condescendance aucune, sans mépris comme sans illusions, et l’économie et la politique ; de les reconnaître ce qu’elles sont : des arts relatifs de faire avec l’inévitable. – Rien qui permette d’en attendre les félicités sucrées auxquelles béent leurs prosélytes.

Le premier effet de ce déplacement des centres serait de permettre aux hommes d’enregistrer ce qu’ils sont sans emphase. Et, qui sait, peut-être auraient-ils à attendre davantage d’incertitudes rouvertes en conscience touchant leurs possibles, après tant de vérités assénées par des raisons closes sur leur principe, jalouse à ce point de leur unilatéralité ?

Vous n’y pensez pas ! – Des peintres, des poètes, des musiciens – prétendre aller à l’essence humaine ! – Quand nous avons tant de techniciens à la manœuvre, dirigeant la guerre et la paix ! Tant de politiciens et de calculateurs veillant nuit et jour à la continuité de la machinerie !

Comparez le sérieux, la nécessité, l’urgence, la noblesse des deux postulations – voyez de quel côté pencherait la balance.

Bien faible serait le nombre de ceux qui oseraient reconnaître l’existence humaine une fête et un jeu. »

Jean-Paul Michel,

« Introduire un peu d’art dans nos sentiments »,

WILLIAM BLAKE & CO. ÉDIT., Bordeaux, 2014.

Read Full Post »

Fractales

Tout est comme un papyrus déchiré, un fragment : l’espace vide troisième dimension – et ce qui reste d’une éloquence, une force, à faire trembler.

 

Cristina Campo[1]

 

Criez court et vous serez peut-être secourus…

          Georges Henein[2]

I

Mais seulement les atomes, et le vide entre les atomes, affirmait Démocrite.

Ce que nous imaginons constituer une surface plane ou une sphère sans aspérités ni béances, à la lumière physique relève d’une galaxie composée de milliers d’astres et de planètes, séparés par des milliers, des millions, des milliards de kilomètres. Fragments de matière et peut-être de vie, sans lien entre eux sinon le vide cosmique qui les sépare.

Nulle étoile ne scintille sans la nuit.

Le blanc joue avec les phrases qui composent le fragment.

Les phrases sauvent. Les phrases rendent à la vie. (suite…)

Read Full Post »

Christophe Van Rossom participera, en compagnie d’Yves Bonnefoy, de Michael Bishop, de Pierre-Edouard, de Jean-Paul Michel, de John Taylor et de Pierre-Yves Soucy à la table ronde intitulée

« L’entretien que nous sommes… »

William Blake & Co.

40 ans d’éditions d’art et de poésie en France

À cette occasion, il prononcera pour saluer le travail et l’oeuvre de Jean-Paul Michel une communication titrée :

Poésie, cadence : la chute et la chance

Suite aux différents échanges et interventions, un dialogue libre sera ouvert avec l’auditoire. (suite…)

Read Full Post »

« Surtout ne céder jamais à la petite sollicitation : si Dante est possible deux mille ans après Homère, je ne vois pas pourquoi il ne serait pas possible deux mille ans après Dante. »

Jean-Paul Michel

Read Full Post »

Christophe Van Rossom s’entretiendra

avec Jean-Paul Michel

à la faveur de la parution du volume

Écrits sur la poésie (1981-2012)

Jean-Paul Michel, vu par Guillaume Bonnaud & Sud-Ouest Dimanche 

Jean-Paul Michel, vu par Guillaume Bonnaud

(© Sud-Ouest Dimanche)

Rêvant, on peut imaginer le tableau suivant : Hölderlin conversant avec Hopkins, qu’encadreraient Dante et Georges Bataille. De part et d’autre de la table, il y aussi Baudelaire, Gracián, Nietzsche et Rimbaud, Pascal et Dostoïevski, Blake, bien sûr, Homère, et Mallarmé. On croit rêver cette scène – on aimerait dire : cette cène. On ne la rêve pas. Ami de la peinture autant que la vraie littérature, Jean-Paul Michel la représente sous nos yeux depuis environ quatre décennies, que ce soit en éditant ou en publiant des livres de poésie – mais aussi, sous forme continue ou fragmentée, sous forme de lettres ou d’entretiens, en donnant avec une  juste parcimonie des textes de réflexion sur la question de la Beauté, de l’Art, du Réel, de la Justice ou de la Vérité. (suite…)

Read Full Post »

« Manquer à la joie, c’est manquer à l’être. »

Jean-Paul Michel

Read Full Post »

Older Posts »