Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘René Char’

Exceptionnellement, je pollue une citation de ma plume. C’est qu’il y a lieu de situer pour les Malheureux que l’on éduque désormais au mépris de Mnémosyne. René Char, chef d’un réseau de résistants, se tient avec ses hommes dans le maquis. Au-dehors, c’est la guerre, l’abjection nazie, l’État français. La majorité collabore, d’une façon ou d’une autre. Il y a des regards détournés, des mutismes terribles. Il griffonne, lorsque le moment se présente, des fragments. Ce seront, à leur sortie, après la guerre, les Feuillets d’Hypnos, qui eussent aussi bien être offerts en festin au feu. Au coeur même de l’enfer vécu, Char conclut ainsi, hölderliniennement. C’est le feuillet 337 de ces carnets sans pareil.

« Dans nos ténèbres, il n’y a pas une place pour la Beauté. Toute la place est pour la Beauté. »

René Char

Read Full Post »

« Il existe une sorte d’homme toujours en avance sur ses excréments. »

René Char

Read Full Post »

Fractales

Tout est comme un papyrus déchiré, un fragment : l’espace vide troisième dimension – et ce qui reste d’une éloquence, une force, à faire trembler.

 

Cristina Campo[1]

 

Criez court et vous serez peut-être secourus…

          Georges Henein[2]

I

Mais seulement les atomes, et le vide entre les atomes, affirmait Démocrite.

Ce que nous imaginons constituer une surface plane ou une sphère sans aspérités ni béances, à la lumière physique relève d’une galaxie composée de milliers d’astres et de planètes, séparés par des milliers, des millions, des milliards de kilomètres. Fragments de matière et peut-être de vie, sans lien entre eux sinon le vide cosmique qui les sépare.

Nulle étoile ne scintille sans la nuit.

Le blanc joue avec les phrases qui composent le fragment.

Les phrases sauvent. Les phrases rendent à la vie. (suite…)

Read Full Post »

« Ce qui vient au monde pour ne rien déranger ne mérite ni égard ni patience. »

René Char

Read Full Post »


Comment nous attarder à des livres auxquels, sensiblement, l’auteur n’a pas été contraint ?

Georges Bataille, Le Bleu du Ciel

Situation de la critique aujourd’hui

Préalablement à toute interrogation interne sur la fonction de la critique aujourd’hui, il paraît indispensable, sauf à progresser, comme on aime à le faire trop souvent, avec cette naïveté qui consiste à imaginer que les choses vont de soi, de soulever une première question : celle de la réalité même de cette activité aux yeux de ce que l’on dira, simplement, un public. Ma réponse pourra sembler brutale, mais je crois, fondamentalement, que la critique aujourd’hui n’existe plus parce qu’il n’y a plus de lecteurs. Certes, des textes critiques se publient encore, et en quantité, et d’une réelle qualité parfois, mais qui les lit ? (suite…)

Read Full Post »